Les soeurs Carmines – Tome 2 – Belle de gris d’Ariel Holzl

Bonjour à tous !

Comme je vous en ai parlé ici, je n’ai pas attendu bien longtemps avant de me jeter sur le tome 2 des Soeurs Carmines – Belle de gris d’Ariel Holzl.

Synopsis

Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons.

En tout cas, elle ne compte pas rater la fête. Quitte à écumer les bas-fonds surnaturels de Grisaille, frayer avec des criminels, travailler dans une morgue ou rejoindre un culte. S’il le faut, elle ira même jusqu’à tuer demander de l’aide à sa petite sœur. Car Tristabelle Carmine est une jeune femme débrouillarde, saine et équilibrée. Ne laissez pas ses rivales ou ses admirateurs éconduits vous convaincre du contraire. Ils sont juste jaloux. Surtout les morts.

Mon avis

Autant mettre fin au suspense tout de suite, ce tome 2 est encore une fois un coup de coeur. Je l’ai encore plus aimé que le premier car cette fois-ci nous suivons Tristabelle, l’ainée des soeurs Carmines et que c’est l’un de mes personnage préféré. Elle est égoïste, manipulatrice, presque sociopathe. Elle est prête à tout pour arriver à ses fins : s’élever socialement pour pouvoir assoir sa domination sur Grisaille.

Un point de vue original

Le ton de ce tome est piquant parce que l’auteur nous place directement dans la tête de Tristabelle. De ce fait nous sommes au plus près de ses pensées ce qui rend ce roman particulièrement immersif. Tristabelle s’adresse directement à nous, une façon littéraire de casser le quatrième mur. L’intimité ainsi créée nous rend presque complices de ses manigances. Nous en apprenons plus sur elle. Le fantastique est plus présent dans ce tome que dans le précédent ce qui n’est pas pour me déplaire. Tristabelle est à une période clé de sa vie lorsque nous la suivons. En effet elle en apprend plus sur son père et ses « pouvoirs ». Une transformation physique accompagne l’évolution de ses capacités surnaturelles.

Une fin de tome palpitante

C’est vraiment la fin de ce tome qui m’a surprise. Je n’ai rien vu venir et j’ai été tenu en haleine, incapable de reposer mon livre avant de l’avoir fini. J’ai refermé ce roman avec tristesse car nous quittons Tristabelle dans une situation qui mériterait encore de nombreux tomes quelques développements. Attention je ne dis pas qu’il s’agit d’une fin ouverte, pas du tout, la fin se suffit à elle-même mais pour moi elle a un gout de pas assez. Je quitte Tristabelle avec regrets. Je sais que le tome 3 portera sur Dolorine et ça me console beaucoup car c’est de loin ma soeur préférée et que l’avant gout de ce tome que nous avons eu à la fin du tome 2 me met l’eau à la bouche.

C’est donc une saga qu’une fois encore je vous conseille. l’univers sombre et violent y est délectable. Les personnages sont horriblement attachants et j’ai aimé me plonger avec Tristabelle dans les manigances de la cour et de la haute société de Grisaille. Vivement le tome 3 que je retourne à l’école avec Dolorine !

A bientôt

Morriwenn